CELLULAIRE (THÉORIE)


CELLULAIRE (THÉORIE)
CELLULAIRE (THÉORIE)

CELLULAIRE THÉORIE

Dès le XVIIe siècle, plusieurs savants (R. Hooke, Leeuwenhoek, Malpighi, Grew) avaient observé des cellules végétales. En examinant une mince coupe de liège, Hooke y avait décelé une structure alvéolaire rappelant un rayon de ruche; il avait donné à ces alvéoles, souvent hexagonales, le nom de cellule , du latin cellula , petite chambre (1665). En réalité, Hooke n’avait pas vu la cellule, mais seulement ses parois cellulosiques; Malpighi et Grew, bien que n’utilisant pas le terme de cellule, avaient, au contraire, compris, en 1672, que certaines régions de la plante se composaient de petits éléments (utricules, saccules, vésicules).

Par la suite, la notion de cellule se retrouve dans les «fibres» de Haller (1757) et de Bonnet, dans les «vésicules élémentaires» d’Oken (1824), dans les «utricules» de Brisseau-Mirbel (1831), dans les «globules» de Milne Edwards. Ayant vu chez les végétaux les utricules de Malpighi, Dutrochet les recherche chez les animaux, et les y retrouve, d’où il conclut que «la nature possède un plan uniforme pour la structure intime des êtres organisés animaux et végétaux» (1837). En 1831, Brown note dans les cellules des diverses plantes la présence constante d’un corpuscule qu’il nomme noyau . Dujardin reconnaît que certains Foraminifères se composent d’une substance granuleuse qu’il appelle «sarcode» (1835), terme qui fut rapidement remplacé par celui de protoplasme , proposé par Purkinje (1839).

Ces divers travaux préliminaires annonçant la théorie cellulaire montrent que l’idée de cellule (structure, éléments constitutifs) préoccupe les esprits, qui accepteront une vue synthétique élaborée à partir des connaissances acquises.

La théorie cellulaire fut établie simultanément par deux naturalistes allemands, l’un M. J. Schleiden (1804-1881), botaniste, l’autre, T. S. Schwann (1810-1882), zoologiste. Schleiden étudie en particulier le développement du sac embryonnaire de plusieurs Phanérogames; il note l’indépendance des cellules et le rôle important du noyau. À la suite d’un échange entre les deux savants, Schwann entrevoit l’unité structurale des cellules végétales et animales. Il constate que, comme les cellules végétales, les cellules animales les plus diverses possèdent un noyau. Il publie alors son célèbre mémoire Mikroskopische Untersuchungen über die Übereinstimmung in der Struktur und dem Wachstum der Tiere und der Pflanzen (1839), qui renferme l’expression théorie cellulaire: «Le développement de cette proposition qu’il existe un principe général pour la production de tous les corps organiques, et que ce principe est la formation de cellules, aussi bien que les conclusions qu’on peut tirer de cette proposition, peut être compris sous le terme de théorie cellulaire.» Selon cette conception, la cellule est bien l’élément fondamental des organismes.

La conception défendue par Schwann connut un grand succès et fut rapidement adoptée en botanique comme en zoologie, malgré les erreurs qu’elle comportait: elle donnait notamment une fausse interprétation de la naissance de la cellule qui résulterait de la concentration d’une substance organique spéciale, le «cytoblastème».

Les travaux ultérieurs de Remak, Virchow, Henle, Purkinje, Max Schultze, Ranvier, Nägeli..., en corrigeant les interprétations erronées, contribuèrent à l’édification de la théorie cellulaire moderne. L’axiome célèbre de Virchow: Omnis cellula e cellula (1858), établissait d’une façon définitive que toute cellule provient de la division d’une cellule antérieure. Dès lors, la cytologie allait connaître un rapide essor.

Le perfectionnement des instruments d’observation et surtout l’emploi du microscope électronique (qui permet d’examiner des objets cent fois plus petits que ceux qui sont observés au microscope optique), l’invention de techniques (chromatographie, électrophorèse, immunofluorescence, autoradiographie...) ont, depuis 1950, renouvelé la cytologie en ouvrant le vaste domaine, jusqu’alors insoupçonné, de l’ultrastructure cellulaire.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Theorie cellulaire — Théorie cellulaire La Théorie cellulaire est la théorie selon laquelle « tous les organismes sont faits de petites unités : les cellules ». Sommaire 1 Historique 2 Théorie cellulaire 3 Fonctions communes 4 …   Wikipédia en Français

  • cellulaire — [ selylɛr ] adj. • 1740 méd.; de cellule I ♦ (de cellule, II, 2°) 1 ♦ (sens mod. 1855) Relatif à la cellule. Biologie cellulaire : partie fondamentale de la biologie dont l objet est l étude des cellules qui constituent les organismes vivants. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • Théorie endosymbiotique — La théorie endosymbiotique, ou hypothèse de l endosymbiose, est l hypothèse selon laquelle les plastes et mitochondries des cellules eucaryotes proviennent de l endocytose de procaryotes avec lesquelles ils auraient entretenu une relation… …   Wikipédia en Français

  • Cellulaire (Stephen King) — Cellulaire Auteur Stephen King Genre Roman Version originale Titre original Cell Éditeur original Scribner Langue originale Anglais …   Wikipédia en Français

  • Theorie des sciences humaines — Théorie des sciences humaines Science de l orientation, qui démontre les liens entre les disciplines. Dans le cadre de cette science, les discussions, la doctrine et la recherche interdisciplinaires peuvent être structurées. Les interrogations,… …   Wikipédia en Français

  • Théorie des Sciences humaines — Science de l orientation, qui démontre les liens entre les disciplines. Dans le cadre de cette science, les discussions, la doctrine et la recherche interdisciplinaires peuvent être structurées. Les interrogations, méthodes et résultats suivants… …   Wikipédia en Français

  • Theorie des graphes — Théorie des graphes  Pour la notion mathématique utilisée en Théorie des ensembles, voir Graphe d une fonction. La théorie des graphes est une branche commune à l informatique et aux mathématiques étudiant les graphes et les objets qui lui… …   Wikipédia en Français

  • Theorie synthetique de l'evolution — Théorie synthétique de l évolution Pour les articles homonymes, voir TSE. La théorie synthétique de l évolution constitue le cadre conceptuel le plus largement utilisé dans l étude scientifique des processus d évolution en biologie. Cette théorie …   Wikipédia en Français

  • Theorie de la complexite — Théorie de la complexité des algorithmes La théorie de la complexité des algorithmes étudie formellement la difficulté intrinsèque des problèmes algorithmiques. Sommaire 1 Histoire 2 Généralités 2.1 Présentation …   Wikipédia en Français

  • Theorie des types — Théorie des types La théorie des types est une branche de la logique mathématique qui a pour principales caractéristiques que tout objet (terme, fonction, ensemble) y a un type et que les entités ne peuvent se combiner qu en respectant des règles …   Wikipédia en Français